ORANGE – partie 1

En matière de téléphonie mobile il y à deux images qui me viennent immédiatement à l’esprit :
– la condamnation des opérateurs pour entente illégale en 2009
– le formidable bordel de la jungle des forfaits, incompréhensibles et surtout incomparables entre eux.
Ce qui me fait dire que signer un contrat avec un opérateur téléphonique c’est un peu signer un pacte avec le diable.

On comprends rapidement qu’on se fait avoir : réception aléatoire, contrats confus, réengagement obligatoire à la moindre occasion, liberté de changer d’opérateur toujours entravée, la notion d’engagement étant à elle seule le symbole du piège tendu par les opérateurs.

 

Réception des appels et 3/4G…
J’ai choisi Orange parce que en tant que fils de l’opérateur historique France Télécom aujourd’hui disparu, cet opérateur à largement les moyens financiers d’entretenir un vaste réseau d’antennes, qui couvrent à priori tout le territoire.
En pratique ça ne marche jamais quand on en a besoin, dès que je sors d’une grand ville, ça ne marche plus.
Détails :
– Normandie, St André d’Héberteau : capte pas
– Var, Aups : capte pas
– île de Ré, La flotte : capte pas
– Argentières près de Chamonix : capte pas
– Corse du sud, près de Bonifacio : capte pas
– Centre, Azy : capte très mal
Pour être plus précis, en général la voix fonctionne correctement (sans plus) dans les centre ville, mais là ou je réside, la data ne passe jamais.
Ma femme chez SFR c’est à peu près pareil.

Conclusion :
La question n’est pas de savoir qui à le débit le plus rapide, qui à le plus d’antennes ou qui a forfait le plus compliqué… la question est de savoir lequel je vais capter partout ou j’en ai besoin.
Quand les opérateurs assureront leur role de simple fournisseur de tuyaux on sera bien content.

L’avenir sera « je paie pour avoir internet », quelque soit le device, quel que soit l’endroit. Je met une carte sim dans ma voiture pour que les occupants aient internet, je met une carte sim dans ma maison, je met une carte sim sur mes appareils nomades et tout ceci est décompté d’un unique et même forfait. Free avec ses offres simples aboutira peut-être à ce genre de solution : 30€, débit maximal (selon la technologie), capté vraiment partout, pas de limites de temps/débit/Go utilisés/frontières… l’avenir quoi !

Épisode suivant : Orange – partie 2

  1. Pingback: ORANGE – partie 2 | glumo.fr

  2. Pingback: ORANGE – partie 3 | glumo.fr

  • écrire un commentaire

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>