ACHETER OU PIRATER ?

J’ai voulu voir un documentaire appelé Sign Painters (signpaintersfilm.com) sur les peintres d’enseignes au USA. Comment dois-je faire pour visionner un film étranger qui n’est pas officiellement distribué en France ?

Facile, en tant qu’habitant de cette planète désirant visionner l’œuvre d’un cinéaste qui souhaite que sont projet soit vu (accessoirement il peut aussi en vivre), bref, sur le site internet du film j’achète et télécharge le fichier et je pourrais le visionner à ma guise. Formidable.
Ceci, peut importe que le réalisateur soit américain et moi français : le premier créé pour être vu, le second paye pour voir, le producteur prend sa marge : tout le monde est content.

J’ai également voulu acheter le documentaire sur Drew Struzan : the man behind the poster : je me rend sur le site officiel : drewstruzandocumentary.com
Dispo sur iTunes, super !… Pas de bol, il n’est pas vendu sur iTunes France mais iTunes US : il faut un compte US avec une CB US… Mais, il se vend aussi sur Amazon, cool !
Pas de bol, après avoir rentré mes coordonnées bancaire on m’indique que des « restrictions géographiques » m’empêchent de télécharger le fichier !

Il me reste alors 4 solutions pour voir ce fim.
– Acheter le DVD US. Je viens de numériser ma DVDthèque, ce n’est pas pour entasser de nouveaux DVD; de toute façon je n’ai plus de lecteur DVD. Cette option n’est d’ailleurs pas franchemet légale : les DVD sont zonés pour respecter les « restrictions géographiques ».
– Télécharger le film illégalement.
– Faire un mic-mac de carte cadeau iTunes US (achetée sur ebay) avec un faux compte US au risque de faire griller mon compte sur le store FR.
– Demander à un copain aux USA de l’acheter pour moi puis je le rembourse… je n’ai pas envie de casser les pieds de mes copains et de reçevoir un fichier illisible à cause de DRM.

Conclusion : la solution la plus fiable, la plus facile, la plus rapide et la moins chère même pour quelqu’un qui veut payer (et fait des efforts pour y arriver!), c’est le téléchargement illégal. CQFD.
Les artistes perdent beaucoup avec ces histoires de droits, qui devraient pourtant les protéger. Les producteur et distributeurs sont fautifs, le système est mal fait, les victimes sont les auteurs.

Finalement, j’ai pas vu le film.